Je suis revenu lundi 7 avril de Ouarzazate.

C'est assurément la plus belle épreuve à laquelle j'ai participé. J'ai réalisé un bonne préparation grâce aux conseils fournis par les anciens coureurs soit de vive voix, soit à l'aide d'internet. Et surtout le hasard a bien fait les choses, nous nous sommes retrouvés à six dans la tente 51et l'entente fut parfaite. Il y avait  Maïthé, qui s'est vite retrouvée notre infirmière dévouée, son mari Jean-Claude, tous deux nous ont fait part de leur expérience grâce à leur troisième participation, ce qui a facilité la vie au bivouac. Il y avait les premiers occupants de cette tente, trois amis parisiens, Jérôme notre champion (69 au classement général) , Albert (93 malgré ses blessures), qui a terminé fortement handicapé par des ampoules infectées les deux dernières étapes. Il termine à l'arraché la dernière étape en mutilant ses chaussures (talons arrières et cotés de chaussures amputés), et Mous notre champion sur courtes distances (54 au 17km, 109 au général), "public relation" et interprète. Chacun avait sa place et comme une fourmilière, tout était fait pour que le groupe fonctionne au mieux, naturellement.
Pour ma part, je termine à la 90ième place.

Mes étapes

Etape 1 - 31,6 km   105   04h21   Promenade de santé
Etape 2 - 38    km     72   04h27   Très bonnes sensations
Etape 3 - 40,5 km     88   05h12   Mauvais départ (voir plus bas)
Etape 4 - 75,5 km   103   11h02   Départ un tout petit peu trop rapide, difficultés entre le cp4 et cp5.
Etape 5 - 42,2 km   138   05h14   Départ très prudent, mais c'était volontaire, je termine bien les 10 derniers km
Etape 6 - 17    km   137   01h44   Etape très rapide

Mes erreurs
Etape 3
Ma poche avant est trop lourde, elle me gène. Manque de concentration dans la préparation le matin. Ce qui a eu pour conséquence
- Au bout de 2 km je m'arrête pour transférer les produits trop lourds dans la sac à dos
- Au bout de 4 km, une attache de la poche avant cède. Je dois bricoler et terminer la course en tenant la poche d'une main.
Au dernier CP, j'oublie de rendre ma bouteille vide. Aller-Retour inutile de 150m, et on se rend compte que faire 300m en plus cela casse le rythme, et sape le moral.

C'est l'étape qui m'a le plus épuisé.

Etape 4
Bien que prudent, je pars un tout petit peu trop vite. Je ne voulais pas me trouver dans le peloton pour grimper le jebel, et j'ai payé cash cette imprudence. Un vrai coup de bambou entre le cp4 et cp5. Il faut dire que nous avons évolué presque exclusivement dans le sable avec des lignes droites interminables.

Les plus belles
Assurément l'étape 1 et l'étape 2 où je me suis vraiment senti à l'aise.

La plus dure
La dernière étape 6, 17km. Très rapide, beaucoup voulaient se distinguer sur cette distance qui était assez roulante. Il me faut un peu de difficultés pour que je puisse m'exprimer : sac lourd, monter et descente de jebel.... Le sable par contre (sauf le dunes que j'assimile aux jebels) n'est pas fait pour moi. Il faudrait que je me perfectionne, mais c'est un peu tard. J'ai mis un peu de temps à récupérer de cette étape, bien que je n'ai vraiment forcé que dans le dernier km, à donf.

L'étape 5,
Mon plus mauvais classement, je l'ai faite un peu en dessous de mes possibilités, volontairement, un peu de lassitude eput être  et puis les jeux étaient faits, il y avait plus d'une heure entre le concurrent classé 100 et moi-même. Et j'aurai signé au départ pour être 100ième. Je me suis arrêté également pour offrir un peu d'eau à des gamins ou des barres que j'avais en trop. J'ai quand même poussé la machine à fond à 10 km de l'arrivée. Dans les 20 derniers km, personne ne m'a dépassé, je suis vraiment parti un peu trop cool.

En conclusion, pour passer une bonne semaine, il ne faut rien négliger car la moindre erreur se paie cash.
Bonne préparation physique, bonne préparation des pieds et épaules, bonne préparation du matériel.

Mes conseils
Courir en manches longues,le top mountain de raidlight est parfait, cuissard long sous les genoux
Prendre des chaussures 1,5 voire 2 pointures au dessus, impératif
2 300 Kcal suffisent
Poudre énergétique (1 l/jour + 0,5l de récup, 2,5l la grande étape+0,5l de récup)
                    J'ai fait un mélange hydrixir + malto pour la course, malto seul en récup
Un peu de café, saucissons, noix de cajou, bouillon, ...
Tanner ses pieds et le dos/ventre (zones de frottements avec le sac à dos) à la Nok et jus de citron un mois avant l'épreuve

J'ai couru avec deux bouteilles plastiques (qui contenait de l'eau gazeuse, plus solides)  de 0,5l (poids proche de 0 gr)  + la bouteille fournie par l'organisation. Je m'arrêtais pour boire,cela  permet de récupérer qques secondes pour mieux repartir.

J'y retournerai, c'est sûr.