hospitaliers De retour  du Trail des Hospitaliers mercredi 3 novembre après avoir prolongé mon séjour en Aveyron.

 

P1010135 Le village de Nant vers 5h30 le dimanche 30 octobre, il ne pleut pas encore, et il fait très doux.

 

Je termine 99/197 arrivants, (ici le classement). (classement intermédiaire : 130/113/93). Il y avait d'après ce que j'ai entendu environ 260 trailers au départ.
Trail très bien organisé pour une première, avec des conditions exécrables. Une pluie quasi continue qui vous pénètre. Heureusement qu'il ne faisait pas très froid, même au point le plus haut au mont Saint Guiral (1 366 m). Je suis parti prudemment comme d'habitude, et la modification de la fin de parcours, suppression de l'avant dernière bosse, ne m'a pas avantagé.
A partir de Trèves, plutôt que monter sur le Causse Noir, parcours rendu dangereux compte tenu des conditions météos, nous avons longé  la rivière Trezevel, très technique et glissant. J'ai eu une tendinite au genou droit externe, et je n'ai pas pu faire la descente du Roc Nantais en courant, d'où une certaine frustration, j'enrage encore. J'ai bien perdu 10 places sur cette fin de parcours tout en descente que j'affectionne . GRrrrrrrrr.  J'ai pris les bâtons à la dernière minutes, je pense avoir bien fait, mais je n'en suis pas encore convaincu. Cela m'a bien aidé à certains endroits, mais n'est-ce pas la cause de ma tendinite? J'ai déjà eu une tendinite au genou en prenant un bâton de marche.
Autrement rien à dire, superbe, malgré le temps, des bénévoles aux petits soins, un trail un peu à l'ancienne, sans trop de sponsors, un village accueillant; A 5h00, les bars étaient ouverts.
C'est la première fois après deux heures de courses, complétement mouillé, que j'ai pensé à abandonner. Je me suis vite repris, abandonner sur blessure OK, si je mets ma santé en danger OK aussi, autrement cela m'aurait vraiment laissé un goût amer.

Un résumé en vidéo par un trailer ici

Concernant l'équipement, j'étais un peu déçu par mes chaussures INOV 320 que j'ai trouvées glissantes sur les rochers mouillés et la boue. Les jambières, je ne sais pas mais je les reprendrai. Les bâtons, j'en achète ceux-ci étaient des bâtons de marche, lourds et deux beaux steacks sur les doigts. Mon coupe-vent n'est pas anti pluie donc erreur du bonhomme.Autre erreur, de peur du froid, j'ai pris un débardeur chaud que j'ai mis dans mon sac, qui du coup a pris 1kg lorsque le débardeur fut complétement mouillé.

Question ravitaillement, je n'ai rempli mon camelback qu'une seule fois à Sauclières (730m) et les barres plus que suffisant.

Après 5 jours, plus de douleurs. Je reprends l'entrainement dimanche.