UT4M - 90km - 24 Août 2013

 Sommaire

1. Généralités sur la course
2. Préparatifs à j-3
3. Récit
    - Cr de la course
    - Avis sur la course et matériel utilisé
    - Classement intermédiaire

1.Généralités

L'UT4M est une course de 160 km avec 10 000m D+ au départ de Grenoble le 23 Aout.

Je participe à la version 90km avec 5 000m D+, départ à 5h000. Le roadbook complet de la course 

 Ici, le suivi live de la course. (choisir sa course en haut à droite de l'écran)

Le profil

 

Si je regarde bien, il y a 15km de descente avec 2 000m D-, du 20km au 35km, Gare aux quadriceps. 
Puis environ 10 km de plat..il va falloir bien gérer le début de course.

2.Préparatifs

Le temps est assez incertain pour les jours à venir. Après une période de chaleur, la méteo va changer ce week-end, on devrait avoir de la pluie, voire de l'orage sur la course.

20130821_071337

Je pars bien équipé, veste et pantalon imperméables (15 000 schmeber) de chez Vertical, chaussures Salomon, sac Raidlight Olmo 20l, la tenue : corsaire (ou short) et maillot Odlo ainsi que le maillot chaud obligatoire,  des bas de contention Skin, batons Black Diamond Carbon, montre Suunto. Il me reste à acheter des surmoufles imperméables : arrêt prévu à Voiron chez Sport 2 000, pour acquérir ces moufles de chez Raidlight. En rupture de stock sur Grenoble.
En plus, 2 lampes obligatoires avec leurs piles (Grrrr...)
Pour l'alimentation, je prévois 10 barres Ovomaltines, 4 pates d'amandes, 3 pates a base d'abricots, quelques figues.
En boisson de l'eau avec un peu de sucre et sel.

Le sac sans batons approche des 3kg, auquel il faut rajouter le portable, et l'eau.  Je n'avais pas prévu de porter aussi lourd.  C'est la première fois que je fais un travail aussi long en montagne avec tout ce matériel obligatoire, et sur le 90km, on ne peut changer de sac, donc obligation de tout  porter.

Je crains un peu la distance, le dénivelé cela devrait passer, j'ai fait fin juillet le 60km de la Montagn'hard avec autant de dénivlé (voir récit), mais 90km, ???  J'espère mettre dans les 20h et voir autre chose que des nuages.....

 

3.Récit

Mes impressions à chaud sur l'organisation
De nombreuses hésitations sur la modification du parcours à cause des orages en prévision et qui se sont abattus le samedi après-midi.

On nous a annoncé au départ la modification car les sommets sont exposés à la foudre : suppression du col du Colon et de Chamechaude, environ 1 000m de dénivelé et 4km en moins.Cependant, je me suis fait pénalisé de 2h00 je n'ai  pas au moment où j'écris d'explications de la part des organisateurs Nous sommes nombreux à avoir reçu cette pénalité. Aux dernières nouvelles, il y a eu à 16h00 une  modification (pkoi?? je ne sais pas) de dernières minutes, par crainte peut être d'abandons trop nombreux, certains n'étaient pas équipés du matériel obligatoire, je ne peux que faire des supposition n'ayant pas eu d'explication.

2h00 pour 5km même avec du dénivelé cela fait beaucoup d'autant que la course a été neutralisée plus d'une demi-heure au poste "Habert de Chamechaude" et pendant que d'autres couraient j'ai été bloqué. D'où  une certaine frustration au moment où j'écris.

Le reste rien à redire, une première qui se voulait parfaite sans accroc, il y va de la notoriété de Grenoble en concurrence avec les autres villes/station des Alpes. Il fallait un événement en été pour Grenoble. Dommage que le temps samedi était trop incertain, j'aurai voulu passer par les lacs du massif de Belledonet et voir CHamechaude. 

Je ne connais pas ni le dénivelé, ni le kilométrage réellement effectués.

Je termine au scratch 73ième sur 161 au départ, et après avoir appliqué la pénalisation de 2 heures 97ième. 

Avant course

Jeudi 22 Aout

Arrivé en début d'après-midi, je prends possession de mon appart que j'ai loué sur Airnb; Un peu déçu, les photos le présente nettement à son avantage, un peu à l'image des stars sur les people, avec 10 ans de moins que l'age réel. Cela préfigure tous les petits désagréments que j'aurai durant ces 3 jours.
Le ciel est dégagé, il fait également chaud sur Grenoble.

Je rejoins Basile, un ami coureur de Nancy qui fait le 160km au debriefing de sa course. J'en profite pour acquérir les gants imperméables de chez raidlight sur le stand. 

L'organisation a  l'air bien en place pour cette première, très (trop?) professionnelle. Les orages sont annoncés pour samedi, et déjà on nous annonce  des modifications du parcours notamment sur notre partie de course. Les inquiétudes sur les Patous sont levées, a priori tout a été fait avec les organisations d'éleveurs pour qu'il n'y ait pas de problèmes.

 Un verre avec Basile, puis il s'en va à la Pasta partie et je m'en vais trouver un resto sympa dans Grenoble.

Vendredi 23 août.

Vérification des sacs et debriefing de la course à 18h. On nous confirme les orages pour la fin de matinée, le pacours sera certainement modifé. Je regrette un peu ,car ce sont les plus belles parties qui seront supprimées.

20130823_181241En fait notre parcours "Le Long" sera très banal; suppression du col du Colon et la montée sur Chamechaude, et moi qui voulait voir les lacs de montagne je sui sun peu déçu.

On nous annonce aussi qu'il faudra faire attention, il y a des passages "engagés" mais que tout a été fait pour assurer notre sécurité.

Pasta partie à 19h00, très correcte. Je dine avec Christophe, un trailer que je verrai pratiquement à tous les ravitaillements. Il me devancera d'envion 1mn à l'arrivée.

 

 

 

La course

Samedi 24 Août

Lever à 1h45, p'tit dej rapide, je prends mon sac qui pèse assez lourd, j'evalue à 4kg environ, un peu plus avec 1,5l d'eau. 

20130825_103152

Départ de Grenoble à 3h précise pour arrivée vers 3h45 à Riouperoux, lieu du départ.

Sur ce point de ravitaillement du 160km,  un coureur , visiblement HS attend de récupérer avant de reprendre la navette de retour.  On verra un autre concurrent dans la montée, blême lui aussi,allongé sur le sol. En les voyant à bout de forces, marqués, et tout pousiéreux, je n'ai pu m'empécher de penser à la retraite de Russie. J'en doublerai encore quelques-uns sur le parcours, et dans les parties difficiles, j'avais une pensée pour eux. Certains ont du terminer à l'arrache.

Le départ est rapide, un ou deux km pour étirer le peloton avant d'attaquer la montée vers Chamrousse.

Montée assez raide en sentier effectivement "engagé", on sent par endroit le vide à coté du chemin. Sans difficultés techniques si ce n'est le fort pourcentage et le dénivelé (+ de 1000m D+), il faut rester attentif, car par endroit la chute ne pardonnerait pas, on sent dans la nuit le vide  juste à côté du sentier. Les parties les plus techniques sont assurées par des cables et un bénévole.
Je pars lentement et dans la montée, je rattrape assez vite une longue file qui monte en serpentant. Je décide de doubler tout ce monde, non sans peine, car le chemin est étroit, je m'ennuyais un peu en fin de peloton, et j'espèrais que je ne ressentirais pas ces à-coups pour doubler sur la fin de course. 

La montée jusqu'à Chamrouuse se passe sans problème, il fait déjà assez chaud et le ciel n'est pas trop chargé. 

 

 

20130824_100759

Après le ravitaillement de Fréydière, jusqu'au prochain ravitaillement, je n'ai plus trop souvenir du parcours, si c 'est que je me retrouve avec un bâton en deux morceaux. Le Black Diamond n'a pas tenu plus d'un trail et demi. Heureusement que j'ai un Opinel et de l'elastomère. Je fixe la poignée qui s'est détachée comme un bouchon de liège d'une bouteille avec ce sparadrap, cela me colle dans les doigts, je peste un bon coup,  et c'est reparti.

Chemin faisant, je double toujours des concurrents du 160km, et à ma grande surprise, vers 11h,  je rattrape Basile. Nous discutons un peu, il est marqué par sa nuit sans sommeil, les ongles des orteils le font souffrir. Au moment de le quitter je me retrouve avec mon bâton en trois morceaux. J'enrage.Je récupère les brins, pas moyen de bricoler sur place, je range ce .... de bâton, et part en alternant la tenue. Je fais attention de ne pas attraper une tendinite en changeant souvent de mains avec le bâton restant.

Et paf, qques kms plus loin, je laisse une couronne dentaire, les secousses et une  pâte d'amande ont eu raison cette molaire. Décidément, ce n'est pas mon jour.

Au ravitaillement de Nazaire, je prends mon temps pour réparer ce satané bâton avec l'aide d'un bénévole, cela à l'air de tenir. Assez efficace. 

A la sortie du ravitaillement, l'orage gronde. Je fais 1 petit km, et je sens les premières goûtes, mon matos va me servir. J'enfile le blouson et le pantalon étanche (marque Vertical), et je repars sous l'orrage. Il fait encore très doux, et malgré les trombes d'eau qui s'abbattent sur moi, je ne suis pas du tout mouillé, j'hésite à sortir les gants. Il ne fait vraiment pas froid et dès que l'orage cessa, je retirai ces habits de protection pour éviter de trop transpirer. 

Cette portion de Saint Nazaire au poste de Habert de Chamechaude sera longue, 3h20 me séparera des deux points. Partie longue avec du dénivelé, mais sans difficultés techniques, il fait toujours assez lourd. Nous progressons en sous bois et je n'ai pas l'impression d'être en montagne, paysage assez banal, d'ailleurs comme sur tout le parcours.

Arrivée à Habert de Chamechaude, le ciel s'assombrit, la température baisse comme annoncée. Je me ravitaille, me couvre de mes habits anti-pluie, et au moment de partir, la course est neutralisée, on doit attendre que l'orage passe. Pkoi? d'autres progressent bien pendant ce temps. 
Le fait de rester immobile me refroidit fortement. Je décide alors de me changer. Je rentre dans le petit refuge où un feu de cheminée réchauufe l'atmosphère. j'ai un vêtement warm de chez Odlo manches longues, je mange bien, prends un café chaud et au bout de ques temps me voila de nouveau d'attaque. Et pendant que je m'attarde en discutant, la course est repartie sans que je sois averti, décidément ce n'est pas mon jour.

Le prochain poste doit être à 9km environ. En fait je ne le savais pas encore, mais une partie  a été supprimée. pkoi? toujours pas d'explication, car il n'y a pas de difficultés si ce n'est un peu de dénivelé et qques km. Sans autre explication, je pense que l'organisation craignait trop d'abandons, un certain nombre de concurrents n'avaient pas le matériel nécessaire (et obligatoire) pour affronter ces intempéries; économie de poids, ou tout simplement pécuniaire, car tout le matériel assez technique mis bout à bout représente quand même qqes €, surtout si on doit tout acheter en une fois.

J'arrive très rapidement au ravitaillement de Sapey, je n'ai même pas eu le temps de boire une goutte d'eau.

Je traverse le ravitaillement, 9s pour faire l'entrée et trouver la sortie, jamais fait un ravito aussi rapidement. J'enrageais d'avoir vu des concurrents me rejoindre à Habert quand la course était arrêtée, et de ne pas avoir été averti de la reprise de la course. J'ai beau me dire que c'est sans importance, que cela ne changera pas ma vie, où quoique ce soit, j'ai juste un petit sentiment de trahison qui m'encombre l'esprit.

La fin de parcours se déroule sans trop de problème, je commence par ressentir mes quadriceps et la fatigue. Je trottine, Christophe, le concurrent que j'ai rencontré pratiquement à tous les ravitaillements fait la descente sur Grenoble avec moi. Les derniers kms le long de l'Isère sont monotones.

J'arrive finalement à 20h11 à la 73ième place.

Grande surprise le lendemain, je découvre que je suis rétrograde à la 97ième place. J'ai pris deux heures de pénalités car le parcours a été raccourci à partir de 16h. J'ai l'impression que le parcours a été réduit de 5km. Je ne suis pas rapide mais 5km en 2heures.....

Basile rejoindra l'arrivée vers minuit.

En conclusion

Sur la course 
Assez déçu, car je n'ai pas eu l'imression de courir en montagne encore moins dans les Alpes

L'organisation très professionnelle veut en faire un 'Spot", on s'éloigne un peu de l'esprit Trail (liberté, auto-suffisance, aventure,..).
Au moindre problème, on modifie le parcours. Normalement, nous, les trailers, devont être prêts et équipés pour affronter ces conditions météo. Les sommets n'étaient pas très élevés et il n'y avait pas de grand refroidissement annoncé. Cela devient à l'image de notre société où tout doit être lisse.
A quand les trails "indoors"? Mais je peux comprendre les organisateurs, surtout sur une première, ou alors  le parcours n'est pas adapté, car les orages en cette saison sont fréquents.

Le parcours est , le 90km comme certainement  à son début le 160km, assez "engagé".

Si vous craignez les endroits exposés, mieux vaut éviter ce trail. Par contre, le matériel obligatoire est indispensable. Ne pas se mettre en danger pour qques grammes. Basile, prévoyant avec prévu une 3ième lampe (2 lampes obligatoires) sur une base de vie. Heureusement sa lampe principale a cassé suite à une mauvaise manipulation.

Sur l'ensemble du séjour.
Beaucoup d'énergie et de temps de préparation dépensés pour une course sans vraiment d'interêts, et en plus je prends 2heures de pénalité sans acune explication (je sais j'insiste mais c'est une épreuve sportive, sinon on part faire une marche gourmande).
La ville est pas trop mal, en travaux comme beaucoup en ce moment. Je suis allé diné deux fois au resturant " l'ardoise", entrecôte très correcte et le vin au pichet pas mal (Croze-Erminatage de la cave de Tain-l'Ermitage).
L'appart "On the docks' que j'ai loué, à éviter, photos trompeuses sur le site.

Sur le matériel utilisé
Vetements MP+ ,veste et pantalonde chez Vertical vraiment efficaces et légers  contre la pluie, même diluvienne
Sac Raidlight 20l, je n'ai pas réussi à le régler correctement, il ballotait lorsque je courais. Bien qu'ayant insité, je ne suis jamais parvenu à serrer les bretelles à fond, il a toujours resté du jeu. J'aurais du faire des essais. Peut-être un problème d'attaches. Le frottement a complétement élimé mon maillot fétiche, et je m'en tire avec un léger mal de dos. A vérifier, sinon plutot bien pensé. (J'ai encore essayé à froid deux jours après la course, difficile, je vais peut être changer les attaches).
Bâtons Black Diamond Carbon pliables, je me suis trouvé avec un bâton en trois morceaux à la mi-course à la deuxième utilisation. Par contre, pas d'ampoules aux mains, les poignées sont agréables et la tenue est ferme,  normalement sous garantie.
Chaussures Salomon S-lab avec chaussettes X-Socks, très bien, légères, aucune ampoule, pas de problème aux orteils, manque peut être un peu d'accroche mais il faut choisir le bon compromis poids/efficacité. 

Lampe Led Lenzer H7, très puissante, facilement réglable, très bien. Je l'ai utilisé sur la SaintéLyon et toujours pas changé les piles.

Dans mon camel back, j'avais de l'eau sans ajout, en alimentation, des barres ovomaltine et pates d'amandes. J'ai surtout bu du coca aux ravitaillemens et  mangé des produits salés (Tuc, Fromages).

A prévoir : Poche vraiment imperméable pour le téléphone, le sac congélation n'a pas suffi(condensation)

Mes classements intermédiaires

Arselle                       117/161  Ravitaillement peu après la montée 1 200 D+
Croix de chamrousee   133/161
Freydière                   131/161  Entre Chamrousse et Freydière, bricolage de mon baton qui s'est désidolarisé
Sapey entrée             126/161  
          sortie              105/156  J'ai passé 10mn à réparer mes bâtons au poste de ravitaillement
Habert                       101/154  Blocage 30mn, 3h20 de course entre ces 2 postes 
Sapey                        80/151  Parti en retard, j'ai vraiment foncé sur cette partie tout en descente, je l'ai un peu payé sur le final
Col de Vence              75/151  Eau imbuvable
Arrivée                       73/151  Sprint à 500m de l'arrivée avec un concurrent (sympa, il est venu discuté à l'arrivée)  du 160km qui m'a laissé sur place, Christophe me devance d'une mn.        

Classement final  après application de 2h de pénalités : 97ième/161. Il y avait 200 inscrits
Aucune information sur le kilomètrage.

Sur le 160km, 197 finishers sur 437 au départ.

Impression finale : Je ne conseille pas ce trail