Trail des Bogomiles 101km 4300m D+ Récit après l'introduction

Départ le 14 octobre 2016 9h00.

Lien pour suivre la course http://chrono.geofp.com/grc2016/v3/

 

Le trail des bogomiles fait partie d'un des trails qui se déroulent durant le Grand Raid des Cathares (170km). Le départ et l'arrivée se font à Carcassonne. Barrière horaire 27h.

Un peu d'histoire

Les bogomiles est un courant hétérodoxe qui s'est développé en Bulgarie et  répandu principalement dans les balkans, à la même période que le mouvement Cathare. On pense que le mouvement bogomile a inspiré la doctrine Cathare qui en est proche. L'origine remonte au Xième siècle et on retrouve des adeptes encore au XIVième siècle malgré la répression féroce que ces mouvements ont subie.

Le mouvement Cathare s'est quant à lui s'est principalement développé en France dans la région de Carcassonne et a été complètement anéanti. De nombreux châteaux restent les témoins de cette époque : Aguilar, Puivert, Peyrepertuse, Queribus,..

 

 Chateau de Puilaurens

 

Les cathares ne craignaient pas le bûcher.

 

C'est en pensant un peu à cette époque que je me lance dans cette aventure.

 

Quelques mots sur ma préparation

  • 30 km l'infernal trail des Vosqges - Saint Nabord le 11/09/2016
  • 40 km rando Avallon - Vezelay A/R le 18/09/2016
  • 34km Rainkopftrail - La Bresse (Vosges) le 25/09/2016

 

IMG_20161013_164105

Récit de la course des Bogomiles 

Distance annoncée : 101km,  en réalité on dépasse les 105km. Cela semble assez correct jusqu'au château d'Arques. Il fau rajouter quelques kms entre Greffeil et Villfloure, +3/4km je pense) et Montjausse et l'arrivée (2/3km).

Temps humide, il pleuvotait, température idéale entre 10C° et 18C°
Départ donné à 9h depuis la porte de Narbonne.
198 partants sur 248 inscrits. 
Alimentation 10 Ovomaltine, 4 pâtes de fruits, 1l d'eau.

 

 

 

 

 

Equipement :IMG_20161014_083647

Chaussure Cascadia, Corsaire Odlo, Compression mollets  Skins, Tee-shirts manches courtes, Vêtements anti pluie Vertical 20 000 Schmerbers, Sac Salomon, Buff, Camelback 1,5l, Batons black Diamond. Montres Fitbit Surge et uner ancienne Suunto Vector

Dans le sac un vêtement warm odlo avec capuche, une paire de gants, batterie pour ma Fitibit et le reste du matos obligatoire.

 

 

 

1. Lac de Cavayère 6km 166m D+  48mn189/198
Je pars très lentement, c'était prévu. Parcours très très boueux, de l'argile qui colle aux chaussures. Je pointe en prenant au passage un morceau de fromage

2. Molières sur l'Alberte 18,5km 845m D+

183/197

Que de boue. Je sors mes bâtons tant c'est instable. Des monotraces où il est difficile de tenir l'éq

_1410_10h49m09s_DSC6803

uilibre, des courtes montées raides où les bâtons sont d'une vrai utilité. J'arrive encore en bonne forme, j'ai cependant appuyé un peu dans les 2 derniers kms pour tenir la barrière, mais compte tenu des difficultés, je pense que l'organisation a revu à la hausse cette première barrière.
Camelback : Je complète à 1l

Si le temps est sec, cela doit être très roulant, mais là de l'argile plein les bottes.

3. Clermont sur Lauquet. 30km 1361m D+  14h37
176/193 

_1410_12h20m17s_DSC7039

1070_1410_12h25m39s_CRI2621_FINAL

Je suis un peu en retard sur mes prévisions, je mets cela sur le compte de la boue et de la fatigue occasionnée.
Je remonte toujours un peu, le balisage est parfait. Je dois cependant revenir sur mes pas une centaine de mètres, après un moment d'inattention.
Je passe assez vite le ravitaillement. Jambon, fromage, tuc et coca.
Camelback : toujours complément à 1l - 1,2l

4 Chateau d'Arques 48,9km 2163 D+ Entrée 18h06 Sortie 18h29
C'est la base de vie.
Entrée 157/183
Sortie  127/175

Château d'Arques

Un peu frustrant, on voit le château, on y passe à une centaine de mètres. Je me dis ouf, je vais récupérer, mais non on fait un grand cercle autour de ce château, bien 2km à tourner autour.  Je crois avoir rater le ravitaillement et j'intercepte un camions des pompiers qui me confirme que je suis sur le bon chemin. J'ai eu tort de me laisser aller dans la grande descente, je vais le ressentir par la suite.

A noter que sur le parcours, quelques échelles sont placées sur le parcours pour enjamber les clôtures électrifiées (elles sont sous tension, je confirme)

Je prends mon temps pour récupérer et préparer la suite de la course : changer de maillot, préparer mes lampes, compléter le ravitaillement (en fait j'en avais bcp trop tant les ravitaillements sont complets et suffisants.) Le parcours est agréable, le temps se dégage un peu. Je commence par ressentir mes quadriceps, mais je me dis que c'est déjà gagné j'irai au bout.

 

 

5 Villardebelle 62.2 Km 2750 D+ 21h04
127/174 je stagne, je ne progresserai plus bcp au classement

Mes quadriceps me font maintenant mal, je cours de moins en moins dans les descentes, en tout cas de plus en plus doucement. J'apprécie le clair de lune, les passages dans ces hameaux comme dirait un brocanteur encore "dans leur jus", quelques bâtisses abandonnées. Je traverse un village endormi, quelques maisons tout au plus, la cloche de l'église  dans la nuit annonce péniblement les 20H, on pourrait croire qu'elle fait aussi la course. Plus éloignés, des meuglements et clochettes de vaches rompent le silence qui s'installe. Je suis à ce moment seul, je regrette un peu ce clair de lune qui m'empêche de voir le ciel étoilé. Il ne pleut plus depuis déjà quelques heures et il ne fait pas froid. Je progresse tantôt en sous-bois, tantôt sur des chemins bordés de paturages. Mes pensées vagabondent, je me dis qu'il doit y avoir des loups dans les Corbières, et par une ou deux fois, les ombres des  feuillages provoquées par ma lampe me font sursauter.

5 Greiffel 71km 2931 D+ 22H54
124/167

La grande descente vers Greiffel a fini de m'achever, je ne vais plus courir si ce n'est le strict minimum. Je marche cependant d'un bon pas sur le plat,

greiffel les montées ne me font pas peur. Juste les descentes, je ne me sens plus capable de courir, je crains de me claquer ou un truc pas joyeux. 

Arrivé au ravitaillement, à peine assis, on me propose un soupe, les bénévoles sont au petits soins pour nous et cela fait vraiment plaisir. On sent que c'est naturel, pas forcé, qu'il y a de l'empathie et c'est vraiment agréable de sentir cette solidarité.

Je me ravitaille bien : fromage, jambon, abricots secs, coca.
Je fais le plein d'eau car la prochaine étape est longue, 

6 Villefour 85,7km 3624 D+ 02h30
125/163
Je me fais dépasser par quelques concurrents qui courent dans les descentes, mais j'en rattrape d'autres dans les montées, ce qui fait que je ne pars pas de place au classement.
Au GPS de ma montre, je suis proche des 90km. Comme bcp, cette étape me semble bien longue. Je garde la cadence, mais je ne cours plus qu'occationnelement quand la descente est assez prononcée. Un ravitaillement dans un petit village fort sympathique, peut être  dans une salle de classe d'une école communale. Toujours de la soupe,du jambon, du fromage, je ne m'en lasse pas. Il faut terminer en gardant une bonne allure

7 Montjausse-Palajat 92,4 3776 D+ 4h14
120/161
Ce ravitaillement arrive assez vite. Je me fais rejoindre par un toulousain avec lequel je terminerai la course. On est a peu près dans le même état, les quadriceps en feu, mais on tient la cadence. Ma fitbit faiblit, je ne l'a mets plus en charge, elle m'a vraiment bien servi.

Arrivée ; Cité de Carcassonne 101km 3923 D+ 6h30
123/161
Nous marchons d'un bon pas. J'estime que nous sommes +/- à 6km/h. On se fait rattraper par quelques concurrents, mais je n'ose pas courir, je dirai même que je n'ose pas essayer de courir tant je crains la blessure. J'aurais pu mettre de la musique pour masquer un peu la douleur, mais je préfère rester à l'écoute de mes jambes.

IMG_20161015_060746

A croire que  l'organisateur est un peu joueur ou quelque peu sadique, car on joue au chat et à la souris avec la citadelle. On semble s'approcher mais non on s'éloigne en contournant des vignobles. Elle apparait proche et disparait aussi vite. Finalement nous y parvenons, on doit encore la contourner, passer par les lices, descendre par des endroits un peu difficiles à ce stade de la course, des passages de plus d'un mètre de haut; se mettre accroupi et sauter légèrement après 100km, c'est "raide".

Finalement l'arrivée se fait après le vieux pont tout proche de la salle du "village" du trail. 
Une belle médaille, la photo finisher, une bière, quelques mots échangés ca et là, les adieux au Toulousain, et je retourne à mon appartement situé à 5mn (heureusement).  

arrivée